Rechercher

Coronavirus, le grand sursaut Européen


Le Brexit entériné, l’euroscepticisme battait son plein dans une Europe menacée par un populisme légitimé par un système semblant avoir atteint ses limites. 

Pourtant, la crise du Coronavirus nous a prouvé que l’idéal progressiste avait non seulement toute sa place, mais surtout, toute sa nécessité pour faire bloc face aux périls qui menacent nos sociétés. 

Jamais l’Europe ces dernières années, n’avait semblé autant dans son rôle de protectrice des Nations, face à un ennemi aussi invisible soit-il: “l’idéal Européen a retrouvé son ADN“. 


Une Europe qui doit s'unir dans un fonds de relance

Ainsi, après avoir répondu sans commune mesure aux premiers affres de cette pandémie, l’Europe doit à présent s’unir dans un fonds de relance destiné non seulement à soutenir les régions et secteurs les plus touchés par cette crise, mais aussi innover pour combler les failles révélées lors de cette pandémie. 

Si face à la Chine, l’évidence d’une souveraineté sanitaire européenne s’impose à tous, la mutualisation des moyens et des recherches en matière de santé doivent en être le processus souverain. 

Cet objectif ne peut être atteint que si l’Europe, d’une part renforce sa cohésion, et d’autre part, fait preuve d’une solidarité de l’un à l'autre de ses États membres, tant en matière d’efforts financiers que d’innovations. 


L'Europe de la Santé, un défi prioritaire


L’Europe de la santé est un défi prioritaire, qui impose la création d’une véritable task-force qui doit s’articuler entre stocks communs, capacités d'achats communes et coordonnées, tant pour les traitements que pour les vaccins, mais aussi en étant capable de définir des plans de prévention coordonnés pour lutter contre l’épidémie.

Nombreux pensaient logiquement que l’Europe avait déjà cette compétence. Tel ne fut pas le cas. 

Dès lors, il est devenu impératif de parer à cette défaillance majeure qui s’est révélée dévastatrice, lors de cette pandémie. 


Cette dynamique européenne concertée et solidaire doit inspirer un sursaut dans bien d’autres domaines dont les résultats dépendent principalement d’une volonté collective à l’échelle européenne.

C’est toute l’innovation et la transition du continent qui sont en jeu. 

Nous devons écrire un nouveau chapitre d’une Europe qui protège et rassemble, s’inscrivant dans la contemporanéité du 21ème siècle, positionnant de façon centrale la transition écologique et numérique dans un projet de relance économique, rendant non seulement leurs capacités financières aux États touchés par la crise, mais en créant également une souveraineté industrielle innovante et consciente des enjeux du présent.  


Jamais nous n’avons eu une telle occasion de rebâtir l’idéal européen.


Ainsi, en renforçant ses bases essentielles, nous pouvons bâtir le socle pérenne d’une Europe compétitive, souveraine, qui ne se contentera pas de relever un défi économique, mais qui rebâtira une trajectoire européenne.


Ce challenge d’unité, de technologie et de fraternité qui se dresse devant nous sauvera l’esprit d’une Europe mise à mal par trop d’inégalités, mais aussi éloignera la menace d’un populisme confondant patriotisme et sectarisme. 


En accomplissant son rôle d’unité créatrice et émancipatrice, l’Europe souveraine rendra chacun de ses états souverains. 

ME CONTACTER

© Philippe Buerch 2019 | Conception et réalisation DeuxQuatre.fr