Rechercher

Hôpital et territoire : ce que réveille la crise sanitaire du coronavirus



La pandémie succède à un dossier laissé ouvert sur la crise de l’hôpital et de la désertification médicale, l’inquiétude gagne du terrain au point de rouvrir dans nos territoires le dossier de l’hôpital local.

Les territoires loin, bien loin des ville-préfectures ne ressemblent en rien au reste des départements en matière d’offres médicales, c’est en plein confinement, que les inégalités de soins sont les plus perceptibles.

En terme de proximité, l'équation paraît plus que jamais insoluble, l’angoisse de ne pouvoir être pris en charge dans les délais nécessaires à l’urgence vitale se heurte au défaut de rentabilité d’unités ultra-perfectionnées dans des zones désertées.

De surcroît, la médecine de ville, ou de village dont l’érosion n’est plus une nouveauté renforce les failles d’un système médical réservé aux grandes infrastructures urbaines.

Dans une crise sanitaire extrême se pose également la nécessité de l’accompagnement psychologique des populations esseulées et c’est là que l’absence de structure renforce plus que jamais le sentiment d’abandon.

L'idée d'un hôpital local ressurgit, mais dans une vision pluridisciplinaire, les territoires réfléchissent à la possibilité de mutualiser les moyens dans des “maisons de soins“ alliant unité de médecine hospitalière, spécialisée et générale, bénéficiant d’une polyvalence du personnel soignant permettant de rentabiliser les structures.

Il est évident que cette pandémie oblige les autorités non plus à une réflexion profonde de notre système de santé, les besoins sont clairement identifiés, mais à une réfection urgente et profonde de celui-ci, en ayant cette fois la certitude que les territoires ne peuvent plus être laissés pour compte.

ME CONTACTER

© Philippe Buerch 2019 | Conception et réalisation DeuxQuatre.fr