Rechercher

Les français et le déficit de confiance



Ce que le flop des municipales et le succès de la convention citoyenne pour le climat nous révèlent c’est que les français sont en désamour avec la chose publique et en recherche de symbiose avec leur environnement de proximité.


L’ultra verticalité du pouvoir a douché tout espoir de démocratie, désormais le citoyen aspire à plus de responsabilité directe, à une capacité de décentralisation des compétences, en mettant en place un fonctionnement plus simple du pouvoir décisionnaire, et à un fléchage de l’action politique mais aussi de l’utilisation des moyens.


L’abstention massive est la preuve d’un déficit de confiance envers un système politique à bout de souffle, centré sur un jeu de pouvoir, trop éloigné du réel, les gens ont besoin de voir concrètement les choses évoluer dans leur quotidien, tout en ayant pris conscience que leurs gestes d’aujourd’hui préparent le monde de demain.


Plus d’écologie, c'est remettre dans le débat la responsabilité de chacun, mais aussi l’occasion de participer à un idéal commun au-delà des clivages politiques, les citoyens trop souvent relégués au second plan ont trouvé une mission environnementale répondant à leur besoin d’inclusion et de justice sociale.


Un déficit de confiance envers nos institutions, envers notre Justice donne la certitude que le peuple doit reprendre les choses en main, pour plus de transparence et un rééquilibrage des forces.


Cette implication concrète est un voeu partagé par le plus grand nombre et qui explique l’engouement pour la Convention Citoyenne Pour le Climat, plus de justice, d’égalité, d’humanisme, et de conscience environnementale est l’ultime bouée lancée à une société à la dérive, où le régalien semble faillir chaque jour, et l’incompréhension grandir chaque minute.

Les municipales ne seront pas une élection perdue si nous prenons conscience de l’électrochoc qui s’est imposé à nous !

ME CONTACTER

© Philippe Buerch 2019 | Conception et réalisation DeuxQuatre.fr